La démarche appréciative (Appreciative Inquiry)

Photo AI 3

Cette approche développée par l'université de Cleveland aux USA à la fin des années 1980 marque une rupture avec l'approche traditionnelle de résolution de problèmes. Cet état d'esprit (problème, causes, solutions) a dominé le monde du travail pendant longtemps, et il faut le dire fait preuve d'une certaine efficacité. Cependant, le fait de focaliser l'attention de tous sur ce qui ne fonctionne pas, entraine des effets négatifs assez considérables sur les équipes. L'accent étant mis sur les erreurs du passé, comment créer une vision positive du futur ? Doit-on s'étonner de générer des réactions défensives et parfois peu d'enthousiasme ?

Dans l'approche appréciative, plutôt que de nous concentrer sur ce qui ne fonctionne pas, nous concentrons l'attention de tous sur les expériences réussies et les ressources en notre possession pour ouvrir des perspectives bien plus engageantes et construire le futur de l'organisation.

L'approche repose sur plusieurs postulats:

  • D'abord que toute organisation, entreprise, association a quelque chose qui fonctionne bien, qui lui assure un certain niveau de succès, qui lui donne vie, sans quoi elle ne serait pas (ou plus) là ;
  • ensuite qu'apprécier ce qui fonctionne avec un vocabulaire appréciatif et positif stimule à prendre des actions positives ;
  • que les gens aiment parler de leurs réussites ;
  • que partager avec un collègue ses succès, permet de gagner en confiance dans les réussites à venir, ou que l'on co-construirait ensemble ;
  • qu'impliquer de nombreux acteurs dans une démarche positive augmente les chances de réussites de projets futurs ;
  • et enfin, que générer une image positive du futur nous influence à être positif dans le moment présent.

Bertrand Baudez, fondateur d'effiskipper est praticien Appreciative Inquiry formé auprès de l'IFAI (Institut Français d'Appreciative Inquiry)